AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Les crevettes contre-attaquent !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Riviere
Penguin King Le Chasseur Roi

Penguin King ♔ Le Chasseur Roi
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Les crevettes contre-attaquent !   Dim 31 Juil - 21:56






« Nyoloooooo ! »

L’horrible rire s’accompagna d’une répugnante bourrasque de poussière et de détritus. L’exhalaison putride recouvrit le jeune garçon jusqu’au sommet de son crâne, et il fut inondé des milliers de senteurs, de picotements, d’indescriptibles visions corrompues par la crasse. Riviere n’arrivait même plus à respirer – il n’en avait surtout plus envie. Il serra des dents et ferma son unique œil noisette. C’était la troisième fois depuis son arrivée sur ce monde qu’il avait ressenti ce genre de désagréments ; mais cette fois, Belzeneff prenait un malin plaisir à le dégoûter en lui envoyant les égouts de la cité sur la figure. Heureusement pour lui, ce genre de téléportations inattendues ne duraient jamais plus de quelques secondes, et ne lui donnaient qu’un léger mal de tête. Enfin, le pestilentiel souffle cessa et il put retrouver sa respiration ; non sans un arrière goût de bile et de viande avariée. La puissance de cet évènement divin lui fit cependant perdre l’équilibre : il s’écroula sur les fesses et sentit à l’instant le sable chaud brûler son pantalon de toile brune. Le jeune nordique grimaça et se releva en sursaut. L’odeur iodée de l’eau de mer emplit ses narines et il découvrit son environnement.

A cet instant, Riviere aurait largement préféré se retrouver dans les égouts à patauger dans la merde. Le soleil tapait sur sa tête avec un fracas qui l’assommait. Son mal de tête naissant enfla contre ses tempes, l’obligeant à déguerpir rapidement vers un coin ombragé. L’adolescent regarda autour de lui, mettant sa main gauche en visière devant son unique iris pour la protéger des rayons incendiaires. Il rougissait déjà à cause de la chaleur ; les serpents ardents piquaient sa peau et enflammaient son épiderme peu résistant aux températures bouillonnantes. Il plissa son œil et finit par repérer un arc rocheux couvert de plantes grimpantes. Il apercevait même, au sommet, quelques arbustes verts. Soupirant sous l’effort que lui infligeait le simple fait de réfléchir, il se laissa tomber à l’ombre fraîche de la pierre érodée. D’ici, il ne voyait qu’un bout de la plage, mais il ne s’y intéressait pas vraiment : ce temps chaud le réduisait à l’état de crevette grillant au soleil. De grosses gouttes de sueur roulaient déjà le long de ses tempes. Riviere ferma les yeux et essaya de se faire de l’air avec l’une de ses mains. L’air, un peu plus frais que le reste de l’environnement où il avait atterri, lui fit du bien – mais pas assez. La chaleur semblait l’avaler et s’introduisait dans les moindres parcelles de son être : son nez, ses oreilles, sa bouche, même ses ongles le brûlaient. Il réussit tout de même à trouver un plan pour s’échapper de cet endroit infernal. La fraîcheur de son abri lui permettait d’avoir un minimum de conscience malgré sa faible capacité à supporter les températures désertiques.

Son plan n’était pas des plus compliqués ni des plus sophistiqués. Soit il attendait la nuit, et à en juger par son incapacité à regarder au-dessus de l’horizon et l’ardeur des rayons, cela ne serait pas pour tout de suite ; soit il longeait les falaises qu’il voyait un peu plus loin et offrait une ombre fraîche où il pourrait se reposer et avancer sans soucis de déshydratation ou d’insolation. Il y avait néanmoins cinquante bons mètres avant qu’il n’atteigne cette semi-pénombre salvatrice, ce qui relevait d’un challenge difficile pour ses faibles défenses d’enfant de l’arctique. Riviere souffla de fatigue. Il reprenait quelques forces, mais cette situation était loin d’être des plus agréables. Il s’était encore fait avoir par un dieu capricieux qui voulait juste le regarder souffrir – ou s’empêtrer dans ses pièges burlesques. Dans tous les cas, il se sentait impuissant, inutile et sans défense. Si des ennemis le voyaient ainsi, il était certain qu’il ne passerait pas plus d’un quart d’heure en un seul morceau. C’est justement sur cette pensée qu’il discerna une silhouette cachée par le bouillonnement incertain de l’atmosphère. Le jeune garçon cligna plusieurs fois son œil noisette pour débarrasser ses cils de l’humidité. La forme humaine approchait. Il remarqua assez vite qu’il s’agissait d’un homme, et il finit par le reconnaître : Ricky Scott.

Le petit Bras Droit avait vaguement entendu parler de cet énergumène un peu spécial. Quelques aventures peu héroïques, un penchant intéressant pour les armes impressionnantes et bien affutées… Rien qui ne le rassure totalement. La méfiance serait toujours de la partie ; même s’il s’agissait de quelqu’un de son « côté ». Un allié dans une guerre divine. Accompagné d’une grimace, il se releva. Ce simple mouvement le fit transpirer d’avantage, sa tête se mit à tourner et il dut s’appuyer contre la paroi rocheuse juste derrière lui. Il continuait néanmoins d’observer le grand gaillard arriver sans une certaine appréhension, son regard gelé fondant sous l’action du soleil. Il releva pourtant la tête, une expression certaine et presque autoritaire dans sa pupille ambrée : Riviere ne se laisserait sûrement pas faire si le parrain venait à le provoquer.

« Ricky. C’est bien ça ? » Riviere avait pris une voix neutre, cachant son malaise et sa méfiance derrière une bonne couche de regards plissés et quelques sonorités impérieuses. Il plaqua sa main droite derrière sa cuisse, à l’abri du regard de son interlocuteur pour avoir une prise sur sa canne à pêche toujours fixée dans son dos. Cet instrument insolite servait toujours dans les cas les plus surprenants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Les crevettes contre-attaquent !   Lun 1 Aoû - 18:50





Praysant atheur : Hello hello mes amis , et oui , nous sommes de retour pour votre journal favoris. En effet , hier dans la journée nous avons eu encore une drôle d’aventure de notre mystérieux personnage qui se balade éternellement à moitié nu dans nos rues. Prenez soin d’enfermer vos petits enfants à double tour dans leur chambre et de mettre des barreaux électrifiés à leurs fenêtres lorsque ce fou furieux est dans les parages. Cela fait quelques fois désormais que nous le remarquons et , avant de vous raconter plus en détail le pourquoi du comment et ce qu’il s’est passé , résumons un petit peu ses dernières aventures afin que tout sois bien à jour dans vos cervelles de piafs. Notre cher ami à reçu l’aide d’un esprit tombé du ciel en allant dans un bar , cette chose s’appelle pour le commun des mortels : un hamster. Il est petit , bête et méchant et il parle ! Depuis qu’il l’a rencontré , ce dernier ne le lâche plus d’une semelle , au grand malheur des deux protagonistes ( ils ne s’aiment pas mutuellement ). Ils ont donc décidés de passer outre et d’appliquer un plan qui aurait du marcher comme sur des patins sans les roulettes. Prendre des vacances ( à nouveau ? Bah oui faut dire qu’être un pion sur AJE c’est crevant ) !!! C’est ainsi qu’ils se retrouvent de nouveau sur la plage Koquiaje où il fait toujours et continuellement une chaleur écœurante et malsaine. Sans plus attendre , regardons de plus prêt ce qu’il s’est passé.



Ricky : PUTAIN QUE JE ME FAIS *BIP*

Nescafé : (-_-)

Ricky tout en balançant sa canne à pêche : J’EN AI MARRE DE GLANDER COMME CA TOUTE LA JOURNEE , M*RDE A LA FIN

Nescafé : (-__-)

Ricky : Mais… Mais…. Pourquoi tu parles plus ? Ton cerveau a fini de griller avec cette chaleur ou quoi ?

Nescafé : (-___-) ……….

Ricky : (D8) REPONNNNNDS-MOEEEEE

Piqué à vif par la passivité de cet idiot d’hamster , je récupère ma canne à pêche et dans un élan de rage , tape dans son cul avec ma canne tel un golfeur professionnel l’envoyant à plusieurs dizaines de mètres , un long cri sortait de la bouche du hamster , diminuant avec la distance et s’évaporant avec son plat de hamster dans un petit « plouf » , le cri ressemblait à peu près à ça : « TEMEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE*plouf* »

C’était comme ça tous les jours , particulièrement chiant et vide. On s’amusait même pas , pêcher et encore pêcher mais faut arrêter un peuuuuu. Il n’y avait même pas des petites oppsédettes ou même des laycaettes , elles étaient toutes occupées à travailler ! ARGH , Qu’ai-je fait à cet imbécile de Belzeneff pour qu’il me colle une corvée aussi dégelasses que la pêche merde !

Nous quittâmes donc la plage un peu plus tard , main dans les poches sans même une prise de la journée… Quelle histoire triste , le sable était encore brûlant sous nos pieds et le soleil tapait encore fort ( c’est dire si l’on a été découragé vite fait bien fait ). Marchant ainsi à grand pas en direction de la ville la plus proche , nous avions quitté la plage en elle-même , celle qui était constitué uniquement de sable blanc et fin. Il y avait désormais des cailloux , des plantes , des arbres , une crevette séchée , des fourmis , des piafs et …. Attendez…. Je viens de dire une crevette séchée ? Je regarde d’un œil un peu plus attentif la fameuse crevette et remarque qu’elle était un peu bizarre pour une crevette , elle avait des cheveux , des bras et des jambes et un long bâton dans le dos…. Mais c’était pas une crevette ! C’était un gamin qui était en train de se cacher derrière et de se reposer sous l’ombre d’un cailloux ! Par contre , en ce qui concerne l’identité de cette personne … Il faut avouer que je ne regarde guère les gens qui m’entourent dans ce manoir d’Oppse et que je m’occupe surtout de ce qu’il y a à boire et dans mon assiette. Cependant , ce dernier semblait m’avoir reconnu , il me regardait d’un œil ( et oui il en a pas DEUX MOUHAHAHAHAHA ) plutôt suspect , du style prudent. Et puis finalement , ce dernier tente de briser le silence.





??? : Ricky , c’est bien ça ?

Nescafé tout en faisant des grands signes de papates : (^o^) Non moi c’est Nescafé !

Ricky exaspéré :

Nescafé : (O_o) … bah quoi ?

Ricky très énervé : DEGAGE

Je prend d’une poigne de fer le hamster qui était sur mon épaule et le balance dans une direction aléatoire et il se trouve qu’avec beaucoup de malchance , que la direction n’était autre que celle du nouveau venu. Le hamster arriva à la vitesse de la lumière avec de gros yeux et des larmes traçant sa direction tout en faisant un grand « Kyaaaah ! ». Il percuta avec force le bide du jeunot et le fit tomber sur les fesses. Le petit hamster , les larmes aux yeux et la morve dégoulinante du nez se frot ta la tête contre le jeune garçon ( il en profite aussi pour essuyer sa morve mais faut pas le dire ça ) , tout en le remerciant et que s’il n’avait pas eu son bide ( qui avait amorti sa chute ) il se serait fracassé la tête et aurait traversé le rocher ( probablement ) , ça lui aurait fait très bobo , foi de hamster !

Je ne sais pas si le désespoir pouvait qualifié l’émotion qui envahissait mon corps en voyant la manière dont se comportait la boule de poil aurait suffit à décrire suffisamment la situation. Mais , tout à coup , l’horreur ! J’aperçois dans le dos du gamin une perfidie , une erreur , un scandale biblique ! Il avait dans son dos une foutu canne à pêche. Une grosse boule monte dans ma gorge , je me sens mal en proie à un malaise. Soudain , je sens un goût acide et répugnant monter au niveau de mon palet , je me retiens comme je peux en contractant mes abdos tout en mettant une main sur mon abdomen et l’autre sur ma bouche. Ma tête devait être probablement verte. Je ne peux pas me retenir de jeter un nouveau coup d’œil à la canne à pêche. Cette fois-ci , ne pouvant pas me retenir , je me jette derrière un rocher , plus ou moins à l’abri des regards et dégueule tout ce que j’ai dans un élégant « burp , blurrrg ». Quelques minutes après ( pour être sûr que je ne rejetterai rien ) , je reviens vers la bande , m’essuyant les lèvres avec un grand sourire , mon autre poing sur ma hanche et gonflant ma poitrine. Je demande tout en rigolant pour essayer de renverser la situation à mon avantage si tout va bien. Et puis , j’arrive amicalement vers le petit aux cheveux couleur azur et lui sers amicalement les cervicales avec mon premier bras tout en lui faisant rouler mon poing sur le haut de son crâne.

Ricky : Alors mon p’tit gars , tu causes pas beaucoup dis donc , on dirait que le soleil n’a pas fait que fondre ta taille –en grinçant des dents « à part si c’est ta taille originel » - , il t’a aussi rétréci le cerveau ou quoi ? Hahahahaha


Relachant brusquement le môme tout en l’envoyant valser sans aucune retenue ( je l’ai pas fait exprès ) sur le côté , je me frotte les mains tout en leur tenant le dos , me réjouissant d’avoir rencontré signe de vie autre que crabienne dans les parages !

Ricky : Alors mon p’tit gars , qu’est-ce-que tu viens foutre dans un bled paumé comme celui-là ? J’avoue que moi je sais même pas ce que je fou ici Bwhahahahhaa \o/

Tout à coup , surgissant de nulle part , un crabe géant , plus gros que le gamin sortit de sous le sable et nous fonça dessus , mais…. Mais comment un crabe ça peut être aussi gros !!!


[hrp : petit poste par manque de temps et d’inspi DDD : ]
Revenir en haut Aller en bas
Riviere
Penguin King Le Chasseur Roi

Penguin King ♔ Le Chasseur Roi
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Les crevettes contre-attaquent !   Mer 3 Aoû - 22:46



Déconcertant. Incompréhensible.

Il s’agissait des seuls mots qui venaient à l’esprit de Riviere tandis qu’il observait ses nouveaux compagnons d’un œil aussi gros qu’une tomate – et presque aussi rouge, vu la couleur de son faciès face à la chaleur environnante. Il ne voyait pas bien les détails à cause de l’humidité qui perlait sur tout son corps. C’est pour cela qu’il n’avait pas vu la minuscule boule de poils accrochée à l’épaule de Ricky. Ce dernier lui parlait ; les premiers instants, le jeune inuit l’avait pris pour un fou. Puis ce fut à son tour de se demander s’il n’avait pas une case en moins… Car la bestiole, l’horrible machin plein de poils visqueux, venait de lui répondre. Avec une minuscule voix d’enfant, qui aurait pu attendrir n’importe quelle fille de son âge, mais pas lui. Il plissa son unique œil en signe de dégoût. Il ne put cependant faire aucun autre geste à cause de sa fatigue immédiate. De toute façon, il en aurait été incapable : pris par un élancement brutal de colère, l’athlétique bonhomme balança le rongeur pimpant sur lui. Il se le prit en plein dans le ventre, ce qui eut pour effet de le déstabiliser. Riviere faillit s’écraser sur le sable brûlant mais se retint grâce à la maigre force qui lui restait dans les jambes. Il grimaça sous l’effort, et ne put s’empêcher d’observer la petite créature. Cette dernière fit le geste qui causa sa perte.

Ou en tout cas sa perte de connaissance.

Riviere repoussa brusquement le hamster en lui envoyant un coup de pied en plein dans le museau. Il ne savait pas exactement de quelle façon il avait réussi à soulever sa jambe affaiblie aussi haut, ni pourquoi la boule de poils avait volé aussi loin derrière Ricky. Cela était pourtant fait. Il eut juste le temps de pousser un petit « oups… » presque dénué de culpabilité. L’adolescent se demanda soudainement s’il ne rêvait pas : la chaleur et la déshydratation étaient propices aux illusions. Alors que mille questions sur sa santé mentale le persécutaient intérieurement, son incroyable compagnon vira au vert : Riviere le vit perdre ses couleurs de bon vivant pour prendre une teinte maladive. Ses yeux révulsés fixaient quelque chose dans son dos qui, apparemment, lui inspirait un dégoût profond. Le pêcheur de renom comprit vite que la cause de son trouble n’était autre que son ancestrale canne à pêche. Fronçant ses sourcils argentés, le jeune garçon sortit au grand jour son instrument et l’observa sous toutes ses coutures pendant que son compagnon vomissait son déjeuner derrière un buisson. Il n’y avait pourtant aucune trace de moisissure, ou une quelconque décoration en putréfaction sur son remarquable engin. Etait-ce sa simple vue qui l’avait mis dans un état si désastreux ? Si c’était le cas, Ricky avait du souci à se faire quant à sa réputation. A moins que ce ne soit une hallucination…

Cependant, ce doute fut bien vite estompé quand le grand gaillard lui sauta dessus et fit rouler son énorme poing sur son crâne bouillant. Riviere grimaça et poussa un « aaah… » montrant son désagrément face à ce traitement que l’on pourrait qualifier d’amical. Son étrange compagnon parla enfin. Sa voix ressemblait à celle d’un pirate et il restait jovial… Ne sentait-il pas la petite odeur musquée du rhum, derrière son haleine pas très fraîche ? Il plissa le nez tant par dégoût que par agacement : pourquoi fallait-il qu’on se moque continuellement de sa petite taille ? Apparemment, sur ce monde, personne ne connaissait le dicton « méfiez vous des apparences ». C’était navrant. Mais il ne pouvait rien y faire – surtout dans cette situation peu équitable. Riviere chancela quand Ricky le lâcha et retrouva son équilibre en s’appuyant une nouvelle fois sur la roche. Il secoua la tête pour chasser les étoiles qui parsemaient sa vision restreinte et répondit enfin à son interlocuteur. Même sa voix, habituellement glaciale et impardonnable, semblait fondre sous l’action du soleil et n’était plus qu’un chuintement misérable qui gardait pourtant une sonorité autoritaire.

« Belzeneff s’amuse encore… » Il toussa pour reprendre un peu de prestance et fixa l’homme à moitié nu. « Voilà, je suis… A peu près dans la même situation que toi. »

Il allait continuer sur cette belle lancée digne d’un politicien merveilleux quand une créature bien plus sordide et monstrueuse que le compagnon bavard de Ricky sortit de terre – enfin, de sous le sable. C’était un crabe tout ce qu’il y a de plus normal… En dehors de son épouvantable taille. Il le dépassait d’une demi-tête et cliquetait en se déplaçant latéralement vers eux. Ses énormes pinces, recouvertes de sable mouillé, grinçaient dans un avertissement furieux. Riviere poussa un minuscule cri de surprise et se redressa autant qu’il put. L’adrénaline lui avait redonné un peu de force et il réussit à brandir sa canne à pêche devant lui. L’hameçon doré pendait juste devant lui, près à en découdre avec son assaillant. Heureusement que celui-ci avait une marche lente. Cela lui permit de lancer son arme insolite au-dessus de la bête et il réussit, en visant un minimum, à accrocher le petit bout métallique sur un rocher non loin d’eux. Sa prise assurée, Riviere pouvait maintenant découper l’horrible bestiole avec son fil incassable et aller le cuire pour en faire son dîner. L’inuit s’autorisa un rire diabolique en voyant le crabe géant s’approcher dangereusement de son piège mortel – qui ne le fut malheureusement pas.

Juste avant que le monstre ne touche son super-fil-invincible, l’hameçon se décrocha de la pierre, ce qui eut pour conséquence de faire virevolter la fine corde dans les airs… Qui s’écrasa brusquement contre l’arc rocheux au-dessus d’eux. Le roc fut brisé net face à la puissance de l’attaque. Un craquement hideux mit fin au règne de l’arc primitif, qui s’effondra sur la bestiole géante dans la poussière et le sable. Miraculeusement, Riviere s’était trouvé à quelques centimètres sur la gauche de ce terrible accident – presque – naturel sans être écrasé par des kilos de pierre. Il observait le grabuge, un air béat sur le visage, sa canne à pêche dans la main, docilement revenue à son état d’origine. Il jeta un coup d’œil à l’arme, puis examina de nouveau la scène, et ainsi de suite pendant quelques secondes. Il finit par se détendre et se mit à rire. C’était le genre de rire nerveux qui s’échappaient de la gorge d’un chanceux victime d’un évènement plutôt incroyable et effrayant. Ses épaules tremblaient. La chaleur continuait de le consumer sur place, et bien plus violemment qu’avant puisqu’il n’avait plus sa protection au-dessus de la tête. Riviere continuait de faire des allers-retours entre son instrument et la poussière quand une des roches se souleva. Une pince sortit des décombres, puis toute la tête écrasée de l’affreux crustacé. Il était presque intact ; seule sa pince gauche, cassée, suintait d’un liquide visqueux et puant. Les cliquetis redoublèrent frénétiquement et le crabe s’avança vers eux. Le jeune garçon recula d’un pas et percuta son allié : son faible équilibre ne lui permit pas de se rétablir et il tomba dans le sable.

« POURQUOIIIII TU M’AS FAIT CAAAA ! »

Le hamster tombait à pic. Ce simple hurlement, digne de la pire des pom-pom girls d’un lycée américain, venait de débouler sur les lieux du combat. Le crabe, sûrement perturbé par ce cri suraigu, marqua un temps d’arrêt. La boule de poils se rua sur Riviere et lui assena un coup de patte qui aurait certainement dû l’assommer s’il était un peu plus gros. Il le repoussa sans ménagement sur le monstre et en profita pour ramasser une des pierres à ses pieds. Le crabe, aveuglé par la petite chose poilue qui s’était effondrée sur lui, ne put éviter le projectile qui s’abattit sur sa tête plate. Ecrabouillé, chancelant, la bête n’avait pas fière allure. Le jeune garçon en profita pour se retourner et s’apprêtait à s’enfuir quand un vertige le prit : toutes ses émotions avaient vidé le peu d’énergie qui lui restait et il ne put faire un pas de plus.

Le noir le recouvrit et il tomba dans les pommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Les crevettes contre-attaquent !   Lun 15 Aoû - 22:17




Plus rien n'aller décidément pour ce petit hamster. A peine venait-il de faire la rencontre de ce petit mioche à la chevelure bleutée qu'il avait été balancé comme une chaussette sale par son maître avant que ses fesses ne servent de réceptacles pour un drop magnifiques tout droit dans l'eau. Tout trempé comme il était, du sable lui collait à ses poils. Le soleil tapait fort et était en train de lui brûler la peau, faute au sel de l'eau de la mer. Le dernier obstacle n'était autre que le sable brûlant dans lequel il s'enfonçait à chaque fois qu'il faisait un pas. Oui pour une personne de taille humanoïde il n'est pas bien difficile de se déplacer car il y a trop de grain en dessous. Mais pour un hamster, qui, je vous le rappelle, ne dépasse guère la paume d'une main d'adolescent, eh bien ce n'est pas aussi simple ! Mais il n'avait pas dit son dernier mot, il était remonté et très en colère. Cela se voyait dans ses yeux qui s'étaient changées en petite flamme et sa grimace très expressives et hideuse.

Il ne lui fallut finalement que peu de temps avant de retrouver les deux protagonistes. La colère noire qui s'était accumulé depuis ces quelques heures allaient pêter d'un coup sec. Encore Ricky il savait très bien que s'il lui foncer dessus pour lui foutre une branler, le simple fait à Ricky de lever le poing aurait suffit à le réduire à l'état de pauvre hamster sur le seuildelamortquiabesoind'aideillico. C'est donc sur Rivi qui devenait la victime de sa furie sanguinaire. Il s'élança alors à vive allure dans l'intention de redonner le gros coup de pied qu'il avait reçu dans le derrière tantôt. Ce dernier hurlait à la mort (plus semblable à un petit cri strident à l'échelle humaine). Bien sûr , de là où ils étaient les héros ainsi que le crabe ne voyait qu'un petit tas de sable avec un truc blanc/orangé qui se déplaçait à vive allure. Il venait d'atteindre sa vitesse maximale, il venait de dépasser Ricky et le crabe et il utilisa tout son élan pour s'élancer dans les airs et faire un coup de pied sauter en direction du jeune garçon dans un grand "POURKOUA TA FAY SSSSAAAAAA! jay ankor maloku craytain". Phrase signifiant en language plus soutenu que l'émetteur était encore faché que son récepteur lui ait donné un coup de pied dans son coxis et donc, de lui avoir fait prendre de force conger pour quelques précieuses minutes. De plus ! Il était d'autant plus vexé, étant donné que la douleur à son coxis résultant de son coup ne s'était toujours pas dissipé avec le temps. Malheureusement, l'attaque n'aura pas eu l'effet voulu et il ne lui fit que peu de dégât. Le jeune garçon sans gêne, prit le hamster et le balança (à nouveau comme une chaussette) sur le crabe qui se le prit dans la face encore une fois (décidement ils en prennent plein la gueule tous les deux).


La pauvre petite boule de poil était à bout, il n'en pouvait plus. Tout le monde le rejetait comme une vieux débris inutile. Et pour confirmer le désir du bleu à tuer le hamster, ce dernier balança un rocher aussi gros que lui sur la figure du crabe et donc en plein dans Nescafé. La boule de poil utilisa les yeux comme d'un rebord et d'une impulsion de papate il sauta sur le rocher et se mit debout dessus avant de percuter avec force la tronche du crabe qui tituba. Nescafé se retourna vers l'auteur de cet acte qui aurait pu être potentiellement mortel pour le hamster. Cet imbécile venait de tomber dans les pomme et Ricky qui devait être dans un état d'exaspération total avec la scène qui venait d'avoir lieu n'était pas en état de combattre. Le crabe semblait très en colère. Il prit le cailloux avec une pince et le cisalla en deux comme s'il ne s'agissait que d'une vulgaire feuille. Il faisait le regard méchant pasbo en direction du hamster tout en faisant claquer ses pinces. Nescafé à bout de cette humiliation permanente essaya de se retenir en vain avant de pousser un énorme cri qui effraya les animaux à des mètres à la rondes ( pas des kilomètres faut pas déconner non plus on est dans un rp D: ).



Nescafé :...fffFFFFFFFFUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUCK


Nescafé sauta a une vitesse hallucinante et donna un huppercute d'une rare violence au crabe. Etonnement la carapace pris la forme de son poing là où il frappa et il fit voler le crabe. Ce dernier tomba sur le dos. Nescafé fut sous le choc pendant quelques instants. Une telle force d'un coup ça ne lui était jamais arrivé avant. Mais il n'allait pas la laisser partir sans avoir donner une bonne correction à ce con de crabe qui revenait à la charge.


Stop Time :

Petite explication du pourquoi du comment de Nescafé.

Nescafé était avant un humain comme tout le monde qui vivait sur Terre. Malheureusement, pour des raisons inconnues, il est mort et a été entrainé par Belzeneff ici sur Alea Jacta Est. Mais il a fallut que ce dernier meurt dans ce monde et que son âme trouve refuge dans le cadavre d'un pauvre hamster. Depuis, il y vit dedans et bien sûr ce n'est pas facile. C'est pour cela qu'il suit Ricky dans l'espoir de retrouver sa forme d'antan.

Tout ceci entraine le fait qu'avant Nescafé n'était pas moins puissant que les autres. Il possédait comme tout le monde un don que lui avait gracieusement offert Belzeneff! Celui-ci n'est toujours pas très bien connu à ce jour. Mais sachez pour sûr qu'il lui permettait grandemenet d'augmenter ses compétences martiales. Mais le sort a fallut qu'il soit enfermer dans ce corps d'animal et il ne peut donc utiliser son don à plein potentiel. Il est limité dans ses frappes. De plus il ne peut pas y faire appel de sa propre volonté. Il devra être dans un état de colère noir ou de forte émotion.

Stop Time Ending

Nescafé : (>_<) RAMENES TOI GROS CRABE ! J'VAIS T'MONTRER KISAY L'BOSS


Le rongeur court à 4 pattes en direction du crabe. Ce dernier tente de l'écraser avec l'une de ses pinces. Ce dernier esquive en faisant un petit pas de côté et écrase l'articulation d'un kick retombé. Le crabe vacille, mais avant qu'il ne puisse faire quoi que ce soit, Nescafé grime sur son dos et commence à griffer et à mordre le dos du crabe. Le crustacé tente de virer la boule de poil parlante en pinçant à l'aveuglette au-dessus de son crâne. Nescafé fait des petits sauts et frappe sans relâche de ses petites papates les pinces pour destabiliser le crabe. Le hamster utilise une pince comme d'un tremplin et une fois à bonne hauteur retombe en vrille tout en beuglant "NESCAPLONGEONNNN"(notez la profondeur du nom) le crâne du crabe en pris un sacré choc ce qui cabossa un petit peu plus sa carapace. Nescafé n'allait pas en rester là. Il courut vers le cul du crabe mais ce dernier ne l'entendait pas de la même oreille et courait à vive allure dans tous les sens dans l'espoir de le faire tomber. Ce dernier se cramponnait comme il le pouvait à la dernière patte du crabe. C'était comme un rodéo, sauf que là il n'avait rien à gerber parce qu'il n'avait rien avaler ! Mwhahaha.... ok ok j'arrête. La boule de poil attendit le bon moment, et lorsque la chance se présenta (c'est-à-dire lorsque le crabe se calme un petit peu à cause de la fatigue) il prit la patte et découpa d'un coup de d'incisives bien placé au niveau de l'articulation la patte sur laquelle il était perché. Le crabe s'écroula dans un grand fracas d'écorces d'arbres déjà tombé et de feuilles séchées. Le rongeur souleva a la patte et glissa hors du crabe afin de prendre un peu de recul pour avoir un bon élan. Et là, il faut le voir pour le croire. Nescafé fonça dans un cri de guerre, avec comme arme la patte du crabe qui lui servait de lance " SOUUUUUFFRESS LE MARTYR SALE CRUSTACE DE MES DEUUUUX ". Ni une ni deux avec l'élan qu'il avait pris et son nouveau pouvoir il réussi à percer l'arrière de la carapace du crabe. Le crabe gémit (si c'est possible) avant de s'écrouler de toutes ses pattes au sol. Nescafé retira son arme qui était ensanglanté et avec un petit peu de viande de crabe au bout. Laissant.... un orifice noir en plein le derrière de la carapace du crabe.... (allez savoir ce qu'il essayait de faire). Il sauta alors avec sa pince sur la carapace du crabe et la plantait petit à petit pour pouvoir grimper sans problème. Le crabe sous la douleur tenta de lui donner des coups de pinces mais le rongeur utilisait sans cesse sa patte de crabe pour l'en dissuader à coup de pic. Une fois en face de lui. Il le regarda droit dans les yeux (à l'envers car il est sur la carapace). Un rire démoniaque monta dans la tête de Nescafé avant qu'elle ne lui donne un ordre.


Nescafé s'exécute et enfonce la patte une seconde et dernière fois dans l'oeil du crabe du plus profond qu'il put, endommageant le cerveau du crabe et le tuant sur le coup. Ce dernier s'écroula et souleva de la poussière sous son poids assez conséquent. La voix finalisa cet acte en se moquant du crabe.


Le combat était terminé. Nescafé eu un coup de fatigue et s'endormi sur le coup sur la carapace du crabe. Ricky qui était resté con pendant tous ce temps secoua sa tête et imagina un plan (c'est rare). Il prit sous son aisselle le petit rivière toujours dans les paumes et souleva de son autre épaule le crabe avec Nescafé au-dessus qui était en train de roupiller. Il les amena sur le bord de la plage. Là il vira Nescafé d'une pichenette et le balança dans la flotte pour le réveiller. Pendant que ce dernier râler, Ricky alla chercher du bois sec avant de faire un feu de camp et de l'allumer par on ne sait qu'elle moyen. L'on va dire que c'est magique. Il embrocha alors le crabe et bricola une sorte de manivelle afin de le faire griller de tous les côtés de façon à peu près équivaut. Il fallait maintenant réveiller l'autre qui était tombé dans les pommes. Il le prit par les pieds et les colla bien fortement contre ses aisselles qu'il ressera avec ses bras puis, il se mit à tourner sur lui-même à grande vitesse ce qui fit tournoyer le jeune garçon qui était léger comme une plume avant qu'il ne le lâche en direction de la flotte Bwhahahahaha que c'était fun pour réveiller les jeun's ! Le temps qu'il revienne le crabe sera prêt et le soleil sera couché, ils pourront ainsi le déguster tranquillement avant de roupiller sur la playa ( selon le plan qu'il avait concocté).



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Les crevettes contre-attaquent !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les crevettes contre-attaquent !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [CR] Showtime Hanoï : les nems contre-attaquent
» [Vidéo] Bionicle - Episode 4 : Les Protecteurs contre-attaquent (Anglais)
» Star Wars Destiny: Les Starters Contre-attaquent - Réimpression
» Star Wars Destiny: Les Starters Contre-attaquent - Réimpression
» Star Wars Destiny: Les Starters Contre-attaquent - Réimpression
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alea Jacta Est :: ✗ Épilogue :: ✎ RPs en cours-
Sauter vers: