AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 La Traque [Levi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Astaroth
Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres

Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: La Traque [Levi]   Sam 28 Jan - 20:11

C'était une matinée brumeuse propre aux aubes d'hiver, à l'heure où le soleil n'avait pas pointé le moindre de ses rayons à l'horizon. Dans le monde instable d'AJE où l'astre flamboyant pouvait s'élever dans le ciel puis en disparaitre dans la même heure, le jour et la nuit n'avaient pas d'importance. Mais en l'occurrence, l'obscurité jouait en leur faveur. En dépit de la froideur de la nuit décroissante, l'humidité s'était abattue sur eux, compliquant leur progression en ce qu'une pluie diluvienne mais pénible rendait leurs mouvements difficile. Il fallait faire attention au moindre geste, au moindre son car un simple faux pas pouvait résulter en une malencontreuse chute dans la boue et un simple bruit de dégringolade pouvait provoquer l'échec de leur mission. La main au fourreau, les sens aux aguets, Astaroth avait tiré Levi de son lit pour l'emmener dans les profondeurs de la forêt. Levi, ce petit bout d'homme qui lui inspirait à la fois de la pitié et de la compassion. Assez pour lui avoir donné envie de transformer ce garçon en un mâle, ou du moins la vision qu'il s'en faisait, et prendre sous son aile ce nouveau pion. Mais la compassion du Dragon ne s'apparentait pas à un amour doux et paisible : en échange de l'éducation et protection transmises à Levi, Astaroth n'espérait ni affection, ni même reconnaissance. Ce qu'il voulait c'était de la loyauté et de la force. Ce qu'il voulait c'était transmettre les racines de son savoir, de sa puissance à quelqu'un et par le fruit du hasard ce désir s'était posé sur Levi. Car derrière une insolence à mater, il y avait du potentiel dans le don du jeune homme et dans le jeune homme tout court comme si Astaroth avait cru voir en lui un être prédisposé à l'art de la guerre. Peut-être s'agissait-il d'un passe-temps comme un autre, d'un loisir car l'apprentissage était difficile. Tant pour le maître que pour l'élève et cela, Astaroth le savait. Mais était-ce le cas de l'apprenti ? Avait-il conscience des attentes et des espoirs placés en lui ? C'était étrange de placer des espérances dans un gamin, de donner de la puissance et de l'autorité à un mioche et non à soi-même. Encore aurait-il cru pouvoir un jour mourir, cette drôle de relation aurait pris un sens : il aurait fallu qu'Astaroth passe le flambeau à quelqu'un. Mais en l'espèce, il n'y avait pas de mort, pas de fin à prendre en compte. Seulement une envie, une lubie peut-être un attendrissement envers un morveux qui, paradoxalement, ne lui ressemblait en rien sur tous les point.
C'était ainsi la première fois que les deux se retrouvaient en dehors de la Cité. Sans prévenir, le Dragon avait frappé à sa porte au milieu de la nuit et demandé de se rassembler ses affaires : aujourd'hui Dragon et Behemoth chasseraient pour la première fois ensemble. Et le gibier était simple : le Laycaïste. Il s'agissait de mettre la main sur quelques éclaireurs imprudents qui avaient été repérés aux alentours de la ville et menaçaient de s'introduire dans son enceinte. C'était l'occasion idéale de mettre en pratique le fruit de leurs séances d'entrainement. Astaroth était un maître strict et rigoureux qui manquait parfois de patience mais il se croyait efficace et la réussite de cette session de chasse confirmerait que ses efforts n'avaient pas été vains. Ils avaient marché une heure ou deux, Astaroth n'avait pas compté, dans un silence de mort. Le Dragon avait été clair sur la marche à suivre : pas un bruit, pas un souffle. Le moindre chuchotement pourrait trahir leur présence déjà compromise par leurs auras. Mais ils avaient plusieurs avantages : celui de connaitre un peu près la forêt, celui de l'obscurité et celui de l'effet de surprise. Les Laycaïstes devaient être sur leur garde mais personne n'échappait au Dragon. Il lui était parfois arrivé de traquer pendant des jours une proie, chose qu'il faisait d'habitude en solitaire soucieux de ne pas être ralenti dans sa poursuite ou repéré par sa cible. Il tirait un plaisir malsain à suivre une piste, un être, le faire fuir puis le rattraper et enfin l'étriper dans des flots de sang en guise d'ultime récompense. La traque était un art ardu et complexe réservé aux plus déterminés mais la satisfaction qu'elle apportait compensait tous les efforts qu'elle exigeait.

Sans prévenir, Astaroth se figea et intima d'un signe de la main à Levi d'en faire de même. S'accroupissant dans la boue il écarta le feuillage d'un arbuste, tentant de faire le moins de bruit possible puis se mit à scruter le paysage qui s'offrait à lui. Comme il le pensait, ils avaient débouché sur la rivière en suivant des traces de pas fraiches dans la terre. Et comme il le pensait, le gibier avait eu l'imprudence de faire halte en cet endroit découvert, propice aux attaques éclairs. C'était d'une facilité déconcertante. S'écartant doucement, il laissa Levi jeter un oeil à la proie à son tour et posa une main sur son épaule. La proie était un jeune homme quelconque, sans importante qui se désaltérait dans l'eau limpide de la rivière. Une eau qui serait bientôt souillée de sang.


- Ne bouge pas avant que je t'en ai donné l'ordre et regarde. Chuchota-t-il avant de sortir prestement de sa cachette. Alors que le Laycaïste se retournait, le Dragon lui asséna un coup de pied à l'arrière du genou, dans le creu de l'articulation ce qui eut pour effet de le faire trébucher mais avant même qu'il n'ait atteint le sol, le Dragon lui avait saisi le bras et le laissa s'écrouler de tout son poids dans l'eau en lui tordant le poignet dans l'autre sens avant de poser un genou sur l'épaule, rendant toute opposition et toute fuite impossibles.

- Petit viens là. Petit c'était le surnom attribué à Levi. Une vacherie plus ou moins innocente comme une autre. Peut-être avait-elle pour conséquences de motiver le Petit en question à le dépasser. Ou alors elle l'agaçait simplement. Mais cela, Astaroth s'en fichait. Une fois que Levi se fut approché, le regard baissé sur la proie, Astaroth commença ses explications :
- Bon tu vois c'est comme ça qu'on fait une bonne clef de bras. Regarde là il peut crier comme un goret mais pas bouger parce que... Il exerça un peu plus de pression sur le bras de la victime ce qui eut pour effet de doubler la puissance de ses plaintes. Il a mal et si on force un peu je peux lui arracher le bras. Tu ne voudrais pas qu'on t'arrache le bras, n'est-ce pas ? Il leva la tête et indiqua du regard le poignard du Laycaïste que ce dernier avait fait tomber sur le rivage dans le feu de l'action : C'est plus marrant quand je le fais sur quelqu'un d'autre que toi, petit, hein ? Allez maintenant ramasse son couteau et finis-le.

C'était un ordre aussi simple que ça et Astaroth ne doutait pas une seconde de la capacité de Levi à tuer sans vergogne. Mais on n'était jamais prudent et il lui fallait voir de son propre oeil le Petit ôter une vie de ses mains sans l'ombre d'un remord.

_________________
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] | [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] | [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
    YOU'RE LIVING BUT YOU'VE GOT NO SOUL.


Dernière édition par Astaroth le Dim 29 Jan - 20:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleajactaest.jdrforum.com
Levi
Boys don't cry Behemoth

Boys don't cry ♀ Behemoth
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: La Traque [Levi]   Dim 29 Jan - 20:22

J'me plains, parfaitement, et alors ? J'ai froid, il pleut, j'ai sommeil, il fait encore nuit. J'ai les yeux rouges de fatigue, je bâille toutes les cinq minutes et en plus de ça, j'suis obligé de patauger dans la gadoue. Je hais ce type. Il ne pouvait pas aller em...bêter quelqu'un d'autre, non ? On a pas idée de réveiller les honnêtes gens pour les forcer à aller tabasser des inconnus dans la forêt. Je comprend vraiment pas ce qui lui est passé par la tête le jour où il a décidé de me prendre sous son aile. J'veux dire, pourquoi moi ? Des gens plus doués que moi, on en trouve à tous les coins de rue, j'suis sûr. J'ai limite l'impression que c'est ma punition pour avoir séché tant de corvées de patate. Parce que c'est pas un tendre, le boss, vous pouvez me croire. Il m'en fait baver comme pas deux dès qu'il en a l'occasion. Il a l'air de prendre tout ça très à cœur, en plus, le salaud. Mais bon, c'est pas comme si je pouvais sécher les cours particulier du mec le plus craint de la cité, alors je prend sur moi, je fais quelques efforts, ça lui fait plaisir et ça m'évite de me prendre des coups. Le pire dans toute cette histoire, c'est que ce "traitement de faveur" commence à provoquer de la jalousie chez certains autres pions qui se considèrent bien plus doués et méritants que moi. Galère, sérieux. Ils me font chier, ces cons. Qu'ils la prennent, ma place, ça me fera des vacances. Bref.
Je m'avance le plus discrètement possible à la suite du boss. Il serait capable de me mettre la tête dans la boue si je me rate. C'est déjà assez chiant et difficile comme parcours sans en plus devoir subir son courroux. Pff. Il s'arrête, je m'immobilise. Il semble avoir repéré un pauvre type à tabasser. Il a l'air content. Sadique, va. Je m'approche discrètement et observe la proie en question sans grand enthousiasme. Un jeune homme totalement banal. Il ne me fait ni chaud ni froid, son sort m'importe peu. J'imagine que je vais devoir lui botter le cul pour prouv... ou pas en fait. Astaroth me demande d'attendre sans bouger et se précipite vers le pauvre mec qui se fait retourner en une fraction de seconde. Dur. Le pauvre type crie, il a l'air d'avoir vachement mal. J'le comprend. J'compte plus le nombre de fois où j'me suis retrouvé à terre à subir toutes sortes de prises douloureuses. Un vrai tortionnaire, ce boss.

Il m'appelle. Petit. Non mais je t'en foutrai, du petit, moi. J'avoue que je ne suis pas bien grand. Pas bien vieux non plus, j'suis encore un gamin dans le fond. Mais même. Ça a le don de m'agacer quand il m'appelle comme ça. Bon. Je m'exécute et le rejoint. Il me montre comment faire une clé de bras et m'explique combien ça fait mal. J'veux bien le croire : la victime gueule comme un goret qu'on égorge. J'suis pas spécialement du genre sadique mais cette fois, je suis bien content que ce pauvre type ait prit ma place. L'espace d'un instant, j'ai même cru que le boss allait vraiment lui arracher le bras, avec du sang qui gicle partout. J'suis bien content qu'il ne l'ait pas fait, c'est pas vraiment le genre de vision qui m'enchante, surtout le matin. Hélas ! Voilà qu'il me demande d'achever le pauvre mec avec un couteau. Je ramasse l'engin et le regarde d'un air dubitatif. Je sais pas, le poignard est bien fait pour tuer, c'est évident, mais je ne me suis encore jamais servi d'une arme blanche pour achever quelqu'un. Je dirais même que je ne me suis encore jamais servi d'une arme tout court. J'ai un don tellement violent que je n'en ai pas besoin. Je les attrape, je leur enfonce la tête dans un arbre et on n'en parle plus. Au pire, si je veux faire ça proprement, je les étrangle. Je tourne mon regard vers Astaroth après de longues secondes d'hésitation et lui demande :

Avec ce machin là ?

Fin' bon, j'insiste pas. Il aime pas spécialement qu'on discute ses ordres et j'aime pas ses sermons, je préfère m'exécuter. Achever le mec. Tuer, quoi. Le truc que je ne peux pas faire de sang froid, même ici. J'sais pas, quand bien même on revient à la vie, ça reste douloureux et flippant, j'imagine. J'suis encore vierge au niveau des morts dans ce monde et je ne m'en plains pas. J'espère que ça continuera encore longtemps. Je me doute que je n'y échapperai pas éternellement mais je ferai tout pour retarder l'inévitable, quitte à écouter les conseils de ce boss givré pour y arriver. Le type terrorisé au sol, par contre, allait manger. Je ne tue pas de sang froid mais je tue quand même. Pour me défendre, pour obéir aux ordres. Il y a bien quelques regrets qui viennent s'immiscer en moi au moment de le faire mais ils s'envolent bien vite. Je préfère le voir passer un mauvais quart d'heure plutôt que de me sacrifier pour sa gueule. C'est comme ça, c'est la vie. Je m'accroupis à côté de la proie geignarde, poignard à la main, et lui lance quelques mots avant d'obéir au patron.

Désolé, vieux, n'y voit rien de personnel, je ne fais qu'obéir aux ordres. Sans rancune, hein ?

Je lui plante le poignard dans le crâne d'un seul coup. J'suis sympa, j'ai voulu l'achever sans le faire souffrir outre mesure. J'avais le choix entre son cœur, sa gorge ou bien ça. J'imagine qu'un coup direct dans le cerveau est le plus rapide. Jouer avec les proies, ce n'est pas mon style. Les torturer non plus. Je ne sais pas de quelle façon le boss voulait que j'achève ce pauvre gars, mais ce n'est pas moi qui irai repeindre la forêt en rouge. Je ne prend même pas la peine de récupérer l'arme et me relève. C'est bon ? Il est content, là, le patron ? Je le fixe, sans sourciller, tout en fouillant ma narine du petit doigt. C'est anti-sexy pour une nana, je sais, mais ce n'est pas comme s'il savait que j'en suis une, de toute manière. Le truc, c'est que là, je ne suis pas spécialement content. J'imagine que ça se voit sur mon visage. J'suis plus expressive que je ne veux bien l'avouer. Non mais j'veux dire, me faire buter un mec incapable de riposter, vraiment ? J'suis peut-être pas bien grand ni viril mais j'suis pas non plus un petit animal. Quitte à me faire massacrer des gens, autant me mettre à l'épreuve sérieusement. J'suis pas spécialement fan de cette petite sortie mais j'me sens blessé dans ma fierté, là.

Et sinon, t'as rien de mieux à me proposer que de buter des mecs sans défenses ? Non, parce que sinon, j'retourne me coucher, hein.

Grand chef ou pas, je ne me gêne pas pour lui dire ce que je pense. J'suis pas du matin et j'ai l'impression qu'il est en train de se foutre de ma gueule. J'ai du mal à l'expliquer, c'est comme si... comme si j'étais déçu qu'il ne me fasse pas plus confiance. Non pas que j'attache beaucoup d'importance à ce qu'il pense de moi, mais... tout de même... je sais pas. Soupir. Lassé, dépité, je pose mon regard vers le cadavre. Hé, mais. J'ai une idée. Je m'accroupis à côté du cadavre et commence à lui faire les poches.

En espérant y trouver quelque chose d'intéressant, histoire de ne pas être venu pour rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astaroth
Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres

Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: La Traque [Levi]   Mar 7 Fév - 8:33

Serait-ce une pointe d’hésitation qu’il lisait sur le visage de l’apprenti ? Tenant toujours fermement son gibier, Astaroth attendait toujours que le Petit qui avait ramassé le couteau daigne s’exécuter. C’était pourtant pas compliqué comme ordre ! On l’égorge et hop on n’en parle plus ! Mais non, il semblait que le blondinet avait comme des scrupules. Bon sang, avait-on idée d’avoir encore une conscience quand on était en guerre. Rah ces jeunes et leurs morale bien pensante ! Tous des mous ! Finalement, le mioche n’était peut-être pas la future machine de guerre dont Astaroth rêvait. Enfin, ça viendrait. Sûrement. Peut-être. Était-ce la première fois qu’il avait à faire à un ennemi complètement désarmé et inoffensif ? Oui, ça devait sans doute être sa première fois. Il lui semblait qu’à l’époque, Astaroth avait aussi eu quelques remords à tuer une personne absolument sans défense. Enfin, il croyait. À vrai dire il ne s’en souvenait absolument plus. Et ça ne voulait absolument pas dire qu’il comprenait les quelques secondes d’hésitation du Petit et encore moins qu’il les tolérait. Certes, il ne s’attendait certainement pas à voir le Petit pousser un rire sadique et se lancer dans un discours de pur mégalomane tout en torturant l’insignifiant rôdeur ennemi, mais il s’attendait tout de même à un minimum de savoir faire !
Enfin, le môme se décida à planter le poignard dans le crâne du Laycaïste braillard en dépit de ses supplications, non sans lui avoir adressé quelques mots qui lui firent lever les yeux au ciel. Le corps du pantin du camp ennemi se fut secoué de violents soubresauts jusqu’à ce que le Dragon ne posa un pied sur la nuque et n’appuie fermement dessus pour lui briser, abrégeant ses souffrances. Lâchant la dépouille, Astaroth se frotta les paumes comme dégoûté d’avoir palpé du Laycaïste de bas niveau, puis se tourna vers l’apprenti qui se curait très élégamment le nez en râlant.


- Tiens, alors ça c’est nouveau. C’est la première fois que tu te plains parce que je te mâche le travail. Bon alors le prochain, promis je te laisse lui courir après avant de le finir. Surtout que compte tenu du boucan qu’on a fait, tous les autres doivent avoir détalé. .

D’ailleurs percer un crâne n’était pas une solution très recommandée compte tenu du fait qu’il fallait une certaine force pour briser l’os crânien et toucher le cerveau, assurant ainsi le plus de chances de porter un coup fatal. De plus, il était recommandé de s'y prendre à plusieurs reprises et donc de poignarder plusieurs fois sa victime afin de bien s'assurer qu'elle décède rapidement, lui ôtant toute chance de pouvoir contrattaquer avant de mourir. Enfin, étant donné la force colossale dont disposait le Petit, ce n’était, dans son cas, pas un problème. Nul doute qu'un seul coup de sa part devait suffire à bousiller le système cérébral de n'importe quel être normalement constitué. Seulement la force quand on ne savait pas l’utiliser avait la sale tendance de se transformer en bêtise pure.
Astaroth croisa les bras, visiblement aussi mécontent que son désagréable élève qui s’était mis en tête de faire les poches de sa victime. Pas de commentaires, après tout, il faisait ce qu’il lui plaisait de ses dépouilles. Comme quoi tuer ça le rendait tout chose mais alors faire les poches à son macchabée, pas de problèmes. La logique de ce gamin était décidément infaillible. Il ne se rendait pas compte de l’immense honneur que lui faisait l’Enfant d’Oppse en lui accordant le droit de chasser à ses côtés. Il y en aurait qui tuerait pour être sa place ! Quoiqu’en y réfléchissant, peut-être pas… En tout cas, cela lui faisait étrange d’avoir vu de ses propres yeux pour la première fois le Petit ôter de lui-même quelqu’un. Et pas de sang froid en plus. Enfin, il était encore trop tôt pour émettre un jugement. Il fallait lui donner le temps de se rattraper. Ce qui ne l’empêcha pas de lancer quelques réprimandes d’un ton clairement réprobateur et insatisfait.


- T’as hésité Petit. Je t’ai vu. Alors dis-moi, tes petites mains sont trop délicates pour buter du Laycaïste comme tout le monde ou t’es juste toujours pas réveillé ? Ça te fait quoi de tuer un adversaire ? Et tu cherches quoi ? La photo de son chien ou de sa mémé. Parce que je suis pas sûr qu’il ait grand chose d’intéressant. Les éclaireurs ennemis brûlent leurs ordres de mission pour ne pas avoir d’ennuis si on leur met le grappin dessus. Hého tu m’écoutes ?
Il n’y avait rien de plus agaçant que de voir un sous-fifre faire la sourde oreille à ses propos, aussi Astaroth s’accroupit et posa une main sur son épaule pour le secouer. Ce fut alors qu’il le vit sortir de la poche du cadavre un objet métallique ovale ressemblant plus ou moins à une grenade rudimentaire.
- T’es chanceux. C’est pas commun qu’ils se trimballent avec ces engins-là.
Une chance qu’il ait été bien immobilisé. Il aurait été fâcheux de se manger une grenade à la tronche de bon matin. Sur cette très agréable pensée, l’Elu Primordial se releva et fit quelques pas dans la rivière, attendant des réponses en espérant ne pas avoir à se répéter, chose qu’il détestait.

_________________
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] | [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] | [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
    YOU'RE LIVING BUT YOU'VE GOT NO SOUL.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleajactaest.jdrforum.com
Levi
Boys don't cry Behemoth

Boys don't cry ♀ Behemoth
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: La Traque [Levi]   Mar 21 Fév - 20:36

Écoutez-le râler... sérieux mec, c'est bon, pète un coup, relax, il est mort ton Laycaïste ! J'suis sûr qu'il fait exprès de râler pour le plaisir, des fois. Il ne me laisse même pas fouiller le cadavre en paix. T'as hésité, tes mains sont trop délicates et tu cherches quoi, là, une photo de sa mémé ? Blablabla... il est fatiguant, à force ! Haussement d'épaules. Je sens quelque chose de froid dans la poche du mort. Je saisis l'objet et le sort de sa cachette. Qu'est-ce que... woah, woah, sérieux, là ?! Une grenade ? Ce con se baladait avec une grenade dans les fouilles ! J'me relève avec mon butin dans les mains, un sourire triomphant aux lèvres. Une photo de sa mémé, hein ? Pour le coup, j'suis bien content. T'es chanceux, qu'il me dit. Haha. T'as la haine, c'est tout ! Ça t'apprendras à te foutre de ma gueule ! Bref. J'me sens pas à l'aise avec une grenade dans les mains, moi. C'est dangereux, ces machins, mine de rien ! Qui sait si ça ne va pas me sauter à la figure ? J'sais pas m'en servir, en plus... faudra que je m'en débarrasse.

Alors déjà, c'est de ta faute s'il a gueulé comme un goret pendant cinq minutes. Si tu m'avais laissé m'en occuper, ce serait passé inaperçu. J'me vante. J'avoue. On a fait du boucan ? Sans la clé de bras, le bonhomme n'aurait pas hurlé comme un malade. Il ne peut s'en prendre qu'à lui même. Et puis tu t'attendais à quoi ? C'est déjà humiliant de me demander de finir tes proies mais en plus, le bonhomme était sans défenses. T'as cru que j'allais sauter de joie et me précipiter pour le buter ? J'suis mécontent. Ça se voit sur mon visage. Je regarde le boss droit dans les yeux, sourcils froncés, sans détourner le regard une seconde. C'est le monde à l'envers. C'est moi qui me sent insulté mais c'est lui qui m'engueule. Je l'ai buté, son gars, et il arrive encore à me chier une pendule à cause d'une seconde d'hésitation. J'ai pris sur moi pour exécuter son ordre à la noix. Qu'il s'estime heureux. Sincèrement. Si j'avais su qu'il arriverait encore à me faire la morale, je serais resté chez moi à faire la grasse matinée ! En plus, à l'entendre parler, on croirait que je viens de tuer mon premier Laycaïste. J'suis habitué, hein. J'ai même tué dès mon arrivée dans ce monde de fous. Je ne maîtrisais pas mon don. J'ai démembré des mecs. Ça m'a fait chialer. C'était la première fois aussi. Aujourd'hui, les choses sont différentes. J'ai tué des masses d'ennemis depuis. Ça ne me fait ni chaud ni froid. C'est pas comme s'ils mourraient vraiment. J'veux dire... c'est pas comme s'ils cessaient d'exister. Ils reviennent à la vie dans leur forteresse. J'me sens pas l'âme d'un meurtrier.

Tu veux savoir ce que ça me fait de tuer un adversaire ? J'suis fier de moi si c'est un balèze ou j'me sens insulté quand mon boss m'oblige à achever ses victimes. Sinon... bah... rien.

Je suis contradictoire ? Nan. J'ai bien déclaré avoir des remords. Concernant les ennemis sans mauvaises intentions envers moi. Je ne ressens rien concernant les adversaires si ces derniers cherchent à me tuer. Il m'arrive donc d'en laisser en vie. J'ai aucune raison de les buter si ils ne me font rien. Sauf si le boss ordonne de leur meuler la face. C'est eux ou moi dans ces-là. Comme dans ce cas-ci. Et d'ailleurs... on fait quoi maintenant ? Ils doivent avoir détalé. On doit leur courir au cul ou bien la chasse matinale est enfin terminée ? J'ai envie de retourner me coucher. Je rêve debout. Je connais bien le boss. Il va vraiment nous faire retourner la forêt de fond en comble. Ou bien il va me concocter un entraînement matinal d'enfer. J'vais souffrir. Comme d'habitude. Il faut souffrir pour être belle si on veut être viril. Il veut faire de moi un homme. Il le dit lui même. J'suis une femme moi hein. Gamine. Certes. Il n'en a aucune idée. Je vais continuer de le lui cacher. Ce serait fun de voir sa tête s'il venait à découvrir la vérité mais... et s'il m'abandonnait ? Ce serait la belle vie sans lui et ses clés de bras. Seulement... comment dire... ses entraînements, aussi chiants soient-ils, sont utiles. Il me donne les moyens de survivre plus longtemps. Je suis aussi curieux de savoir ce qui l'a poussé à me choisir moi. J'ai encore jamais osé lui demander directement. Bref. J'ai aucune envie d'être mis à l'écart si il découvre ma véritable identité même si je râle sans arrêt. C'est con hein ? Ouais... enfin... autant lui demander directement quelle sera la suite des évènements.

On fait quoi maintenant ?

Une idée me vient alors. J'suis un sale gosse. J'ai envie de me détendre et de me débarrasser de l'engin explosif. Je vais donc faire les deux... en même temps. Je lui tourne le dos et dégoupille la grenade. Je fais semblant du moins. Tout se déroule si vite. Je fais volte face avec un sourire aux lèvres et lance doucement la grenade vers Astacrotte.

Attention ! Ça va exploser !

Il tire une de ces tronches ! Haha ! J'suis fier de ma connerie. Faut bien s'amuser de temps en temps !
Reste à voir s'il a le sens de l'humour maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: La Traque [Levi]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Traque [Levi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Débat sur la traque bourguignonne
» On me traque o_O
» [Récit] La Traque
» [GN Wargame] La Fin d'une Traque
» Une arrestation RP = Poutrage ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alea Jacta Est :: ✗ Épilogue :: ✎ RPs en cours-
Sauter vers: