AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 De l'eau et du sable chaud... [Violet & Scyla]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Scyla
Pedopanda.

Pedopanda.
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: De l'eau et du sable chaud... [Violet & Scyla]   Sam 28 Avr - 20:26

Un véritable enfer.

« Nyololol ~♫ »

Un mot absurde lâché sur un ton chanté. Mes derniers souvenirs d’avant mon réveil... Bien que la voix de son propriétaire semblait enjouée lorsqu’il l’avait prononcé, je sentais dans cette onomatopée le présage de désastres à venir... Tout un tas de désastre... Mais par chance je me tiendrais loin du cœur de ceux ci, à la rigueur peut être en serais-je l’une des racines, tout comme du temps d’avant... D’avant cet endroit...
Cet endroit, pour le coup, semblait a s’y méprendre être une plage, je m’étais réveillé ici, ce matin, avec très peu d’effet personnel... A dire vrai, j’avais sur le dos une veste large et élimée, un reste de mon manteau préférés que je portais hier soir quand je déambulais dans les rues de la cité d’Oppse... Quant au bas, j’étais vêtu d’une sorte de morceaux de tissu déchiré en bandes et dont chaque boutons de fermeture avait sauté. Comme si j’avais prêté mon pantalon taille 38 à un obèse qui s’était efforcé tant bien que mal à rentrer dedans et à fermer ce dernier. J’eus un léger haut-le-cœur a cette image, j’avais beau avoir l’habitude de voir des choses de dimension différente essayer de s’emboîter l’une l’autre malgré l’évidence évidente qu’ils n’étaient pas fait pour, l’idée qu’un tel acte avait pu être infligé a mon propre jeans m’était insupportable. Je l’aurais même immédiatement ôté de ma personne, si je n’avais pas eu cette foutue pudeur qui m’en empêcha... Pour finir, je n’avais plus aucune chaussure, si, comme je le pensais, on m’avait enlevé pour me dépouiller, seules mes chaussures et ma canne semblait avoir intéressés les agresseurs... Je n’avais –a mon grand regret- même pas été victime de sévices sexuels...


*Même les bonnes choses se perdent de nos jours...*

Très vite je m’étais muni d’un morceau de bois que la mer avait léché pendant sûrement quelque mois, jusqu’a l’en rendre pâle, couvert de sel, d’algue et autres coquillages ou résidu de bestiole aquatique. Malgré tout il était solide et à même de faire une bonne canne pour m’aider à avancer. Même si une canne sur du sable avait la même utilité qu’un pot de fleur dans des sanitaires, joli, mais inutile et peu, voir même pas du tout, pratique.
A chacun de mes pas ma canne de fortune s’enfonçait entre les grains de sable cherchant ou elle pourrait trouver une surface plus dure et s’arrêter. Mais bien généralement, et fort malheureusement pour moi, je finissais courbait en deux a la façon d’un Agecannonix, m’appuyant de mes deux mains sur le haut de la canne et faisant péniblement un pas vers l’avant. Des pas qui m’étaient doublement plus pénible, que le sable chaud me brûlait la voute plantaire et chaque grains de sable ressemblait a la pointe d’une aiguille appuyée sur ma chair a vif. La douleur combinée de ma jambe, de mon dos et de la semelle de mes pieds, faisait de ce lieu une représentation de l’enfer.
Cependant le plus atroce reste à vous décrire. Chaque personne réagit différemment au son qu’elle entend, certains en entendant le clapotis des vagues s’imagineras allonger sur le sable, prenant un bain de soleil. D’autres eux se dénuderons immédiatement pour se jeter dans l’immensité azurée. Pour ma part, je ne rêvais de me baigner, ni dans la lumière du soleil, ni dans la mer. Chacune des vagues venant s’abimer sur la plage de sable fin était autant de raisons données à ma vessie de vouloir se vider. Je ne cessais de m’arrêter pour la soulager, car, et c’est là l’un des nombreux mystères de cette journée, ma vessie semblait dotée d’une vie propre et se remplissait sans que j’ai à boire le moindre liquide auparavant... Comme si mon super pouvoir était de super-pisser...
Alors que je longeais le bord de mer je m’immobilisai car se tenait face a moi une chose que je n’avais pas vue depuis... Quelques secondes avant que je ne m’évanouisse au moins... Une femme. Enfin un individu de sexe féminin, car rien a cette distance n’indiqua qu’elle soit plus femme que fillette. Ce que je devais faire ? En temps normal je l’aurais sût, la héler et lui demander d’aider le pauvre infirme que je suis... Malheureusement les règles de ce monde divisaient les gens en deux camps, les gentils, ou a défauts ceux de mon camp, et les méchant, ceux qui me tueraient plus qu’ils ne m’aimeraient... même si cette dernière affirmation se devait encore d’être vérifiée. Par conséquent, je ne savais si ami, ou ennemi se trouvait face a moi... Même si une jeune femme ne pouvait pas faire un ennemi bien redoutable. Je restais donc là, immobile, l’allure d’un clochard, et courbé sur ma canne de fortune comme un vieillard.
Avec un peu de chance, elle ne me verrait pas et se dénuderais pour offrir son corps aux vagues. Il y avait si longtemps que je n’avais vu de corps si jeune nu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Violet
L'indolente Damnée vermeille

L'indolente ☩ Damnée vermeille
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: De l'eau et du sable chaud... [Violet & Scyla]   Mar 8 Mai - 16:11

En cette chaleureuse journée, le soleil lui tapait fort sur la tête. Violet s'ennuyait dans sa petite nouvelle vie Oppsedienne... Dormir, manger, regarder les gens passer, essayer de comprendre ce qu'il se passe dans ce monde... Il lui fallait prendre un peu l'air. Ses jambes avaient donc décider de partir à l'aventure telles deux Indiana Jones jumelée, ne craignant ni le vent, la pluie, la neige, l'ouragan, les séismes, les irruptions volcaniques, et encore moins le 21 décembre 2012 !
Mais, Violet ne mesura pas tout de suite l'intensité de la fournaise qui se trouvait à l'extérieur. Et c'est évidemment les mains vides qu'elle se rendit à la plage. Non, elle n'avait évidemment pas penser à prendre de la crème solaire, une casquette ou même une paire de lunettes de soleil. Maintenant il était trop tard pour reculer. Elle continua sa route en direction du chemin à prendre pour rejoindre les petits crabes et les crustacés. Pourquoi ? Telle était la question. Sa curiosité était sans doute trop importante. Un cocotier difforme pourrait l'intriguer. Ou bien le sable pourrait avoir une texture beaucoup plus douce que d'ordinaire.

Elle était enfin arrivée. Se tenant immobile face à la mer, ses pupilles scrutèrent l'horizon : Pas de palmiers tortillonnant, le sable avait l'air absolument banal, et la mer était d'un calme apaisant... Quelle surprise.
Violet attendit. Elle attendit comme ça, plantée devant l'immense bassin aquatique, plusieurs longues secondes. Elle espérait voir un peu d'animation. C'était trop calme.

Lassée, Violet s'essuya le peu de sueur qui commençait à perler sur son front. Un long soupir s'échappa de sa bouche et elle fit enfin un pas sur le sable. Elle s'approcha de l'eau et regarda ses pieds.
Une idée ingénieuse lui traversa l'esprit : Elle enleva ses chaussures et les hautes chaussettes qu'elle avait mis et retira aussi le petit boléro en coton qu'elle portait par dessus sa petite robe d'été blanche. Quelle idée de garder ça par une chaleur pareille... A vrai dire, chez elle, il faisait plus frais... Puis Violet n'aimait pas la chaleur. Mais elle n'allait pas se forcer à rester cloîtrer chez elle par une si belle journée. Elle résisterai face à cette insupportable canicule. Elle la vaincrait !!

Violet s'assit sur le sable et fixa les vagues venir vers elle et jamais l'atteindre. Elle respira un bon coup et se ventila le visage avec sa main.
Et c'est en regardant sur sa droite qu'elle vit une silhouette au loin la regarder. On aurait dit un pouilleux affamé qui s'émerveillait devant un bon beef steak bien saignant.
Violet s'arrêta immédiatement de se ventiler et ne le quitta pas des yeux.

« Hum ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scyla
Pedopanda.

Pedopanda.
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: De l'eau et du sable chaud... [Violet & Scyla]   Dim 13 Mai - 13:43

Like a sweet candy.

A priori, j’étais repéré. Du moins, c’est ce que l’immobilité soudaine de la jeune femme m’indiquait. A moins, que celle ci ne ce soit subitement desséchée au soleil et que je ne voyais plus au loin qu’un cadavre inerte. Il ne me semblait cependant pas, déjà avoir entendu parler de mort aussi fulgurante et comme a peine quelque seconde auparavant elle agitait encore la main pour se ventiler, elle devait simplement s’être figée en me voyant.
Pour sa défense, arrêté ainsi au loin à l’observer, je devais avoir un quelque chose d’effrayant...
Ressembler à un pervers, ou un psychopathe guettant sa future proie. Ce que, par ailleurs, j’étais, pervers et psychopathe, deux adjectifs qui selon de nombreux psychiatre, me définissait mieux que n’importe quel autre. Mais la jeune femme n’avait rien d’une proie. Elle était a peine adulte a ce que je pouvais voir en m’approchant d’elle, une adolescente, ou quelque chose du genre. Mes proies préférées, encore jeune et la plupart du temps pucelle. Mais celle ci m’avait vu, je ne pouvais donc plus me cacher et profiter de l’effet de surprise pour l’enlever et abuser d’elle. Puis, dans ce monde ci, je n’avais aucun endroit ou la séquestrer... Un point gênant, s’il en est, car je détestais me séparer des femmes après m’en être servit une seule fois.
Je pris donc l’air le plus pitoyable a ma disposition, puis, clopin clopant, me mit a avancer vers la jeune femme. Je n’avais aucune idée de comment l’aborder, mais si je voulais éviter les ennuis, mieux valait faire en sorte que cela se passe... bien... C’était la raison d’ailleurs pour laquelle j’accentuais mon handicap, on se méfiait moins des personnes physiquement diminuée que des jeunes hommes en pleine forme.
Arrivant prêt de la jeune femme je me laissais tomber a ses côtés, m’affalant a mon tour face contre le sol, épuisé, haletant, l’air malade. Avait-elle peur ? Un homme surgissant de nulle part, venant presque mourir a vos côtés, sans doute, elle devait avoir peur. Je pris ma voix la plus faible, la plus sourde possible, laissant apparaître l’intégralité de la sècheresse de ma gorge.

« Ai... dez... moi ! »

La phrase avait été plus un râle qu’une supplique, j’allais bien, mais pour le coup, il m’avait semblait préférable de feindre la souffrance, d’implorer l’aide de la jeune femme. Bon nombre de sentiments sont en total opposition, et parmi ceux ci, l’une des plus fortes était l’opposition entre la méfiance, et la pitié. Si j’arrivais à faire suffisamment pitié a la jeune femme, alors j’endormirais toute potentielle crainte chez elle et pourrait par la suite, jouer de son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Violet
L'indolente Damnée vermeille

L'indolente ☩ Damnée vermeille
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: De l'eau et du sable chaud... [Violet & Scyla]   Mar 12 Juin - 11:47

La pauvre adolescente n'eut pas le temps de réfléchir à la pluie et au beau temps que déjà et à une vitesse absolument surprenante, le misérable s'était rapproché d'elle en claudiquant tel un désarticulé.

Horrifiée, Violet écarquilla les yeux. Il faut dire que ce n'était pas tout les jours qu'on voyait un vagabond dans un si piteux état. Une partie de son visage était tout aussi morne qu'un cadavre et son regard était aussi vide qu'une bille en porcelaine... Pourtant, il n'avait pas l'air si vieux que ça. Il était peut être porteur d'une maladie grave... Comme la rage ?! La rage serait-elle une épidémie qui court les rues, ici à Aleas Jacta Est ?

Choquée, Violet ouvrit la bouche de surprise et écarquilla doublement ses yeux. Cette homme n'était pas net, il fallait fuir. Vite. Vite !
Soudain, il s'écrasa au sol, et d'une voix basse et poussiéreuse il s'exclama :

« Ai... dez... moi ! »

Violet ne comprit pas ses mots. Mais, il ne fallait pas parler aux inconnus, ses parents l'avaient toujours prévenus ! Toutefois, si elle avait bien compris une chose c'était que cet homme n'était pas net. Il fallait baliser le danger. L'annuler. Le fuir.

Affolée, Violet chercha quelque chose du regard. Un objet, un truc qui pourrait lui servir d'arme de légitime défense.
D'un bon, elle se leva et attrapa la première chose qu'elle vit légèrement enfouie sous le sable et se positionna face à son adversaire étalé au sol, afin de le viser correctement. Mais... Lorsqu'elle vit ce qu'elle tenait, Violet paniqua.

« Un... Un crabe ?!  KYAAAAAAAAAAH !!! »

Précipitamment, elle balança le gros crustacé rouge sur le semi-cadavre qui jonchait la plage. Et sans réfléchir, elle prit une poignet de sable et bombarda de toute ses forces cette monstrueuse chose à pince. Et Commença à enterrer le monsieur par la même occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: De l'eau et du sable chaud... [Violet & Scyla]   

Revenir en haut Aller en bas
 

De l'eau et du sable chaud... [Violet & Scyla]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Ils sentaient bon le sable chaud mes légionnaires
» [WAB] Du sang clair sur le sable chaud...
» La rédemption du marchand de sable (Tom Piccirilli)
» AU SANGLIER CHAUD -Petite auberge
» Tair : Ni Chaud, Ni Froid ! [Partie III]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alea Jacta Est :: ✗ Épilogue :: ✎ RPs en cours-
Sauter vers: