AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Au travers du voile de la brume, sauras-tu trouver mon secret ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kamui
Administrateur innocent ۩ Guide des âmes perdues

Administrateur innocent ۩ Guide des âmes perdues
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Au travers du voile de la brume, sauras-tu trouver mon secret ?   Mer 30 Mar - 23:12

« Au travers du voile de la brume, sauras-tu trouver mon secret ? »


    Dans la vie, il y a deux types de personnes, ceux qui se battent, et ceux qui trouvent le repos.

Bien que j'ai toujours été au cœur de la guerre. Le monde d'Alea Jacta Est ne m'avait clairement pas pardonné. Oppse avait tout fait pour mettre notre Cité et nos existence à feu et à sang. Les élus, les pions, autant furent-ils, ne faisaient que périr au détour d'une bataille sanglante. La plaine autrefois verdoyante avait peu à peu perdu son éclat. L'émeraude rafraichissante était désormais couverte d'une épaisse couche de sang. L'hémoglobine lourde et coagulée par endroits formait une masse informe sur les herbes folles de la plaine. Le rubis brisait l'émeraude, rendant le paysage macabre. Une teinte noire dominait ce paysage chaotique. Il n'y avait pas de cadavres pour agrémenter ce paysage désolé. Les morts au combat se dématérialisaient et reprenaient vie au cœur des Cités.

Un frisson vint me parcourir. Je me focalise sur l'environnement qui m'entoure. Une brume pesante s'élevait dans l'air. Ma vision était relativement voilée par les vapeurs bouillantes qui s'échappaient de l'étendue d'eau à mes pieds. S'il y avait une chose de revigorante après une bataille, c'était bel et bien de pouvoir se détendre en allant profiter quelques heures des sources thermales enclavées dans la montagne profonde. J'avais ôté mes chaussures quelques instants plus tôt, mes pieds nus caressant la pierre lisse et humide. La sensation de la pierre froide rendue chaude par l'humidité me fit frémir. L'étendue d'eau rendue bouillante par l'activité volcanique de la montagne était l'endroit parfait pour trouver un peu de repos. Le cadre était vaporeux, calme, seul le chant de quelques oiseaux au loin et le son de la fuite d'un lapin fugitif dans un buisson brisaient la sérénité du lieu.

Il n'y avait définitivement pas meilleur endroit pour prendre un peu de bon temps. Tous les petits pions retournés à la Cité, je n'avais plus à m'occuper que de ma propre personne. Je glissais le bout de mon pied dans l'eau et esquissais un sourire ravi en sentant la morsure de l'eau brûlante se propager dans tout mon être. Oui, vraiment, il n'y avait pas mieux qu'un bon bain pour se remettre des émotions fortes d'une bataille. Je retirai lentement mon pied, le reposant sur les imposants galets qui distinguaient les différents bassins naturellement chauffés par la montagne.

Je glissais une main paresseuse dans mes boucles d'or pour y défaire le lien qui retenait quelques mèches à l'arrière de ma tête. Dans un mouvement ample, j'ébouriffais ma tignasse d'un geste de la tête. Oui, il n'y avait pas meilleur que de passer un moment loin des regards, sans se soucier de quoique ce soit. Être soi même sans avoir à se poser une seule question. Mes mains se dirigèrent ensuite vers le col de ma chemise blanche rendue lourde par l'humidité ambiante. Qu'il était bon de se sentir embaumé dans cette chaleur étouffante. Loin de suffoquer, je ressentais le plaisir simple d'être apaisé par la douce torpeur qui envahissait progressivement mes membres. Je déboutonnais un à un les boutons qui retenaient l'étoffe sur mon torse et mes épaules. Ceci fait, je laissais lentement le tissu glisser le long de mes bras. Je posais un regard sur mon torse. Ou plutôt sur les bandages encore maculés de sang qui le recouvrait. Partant du haut de l'abdomen jusqu'à la limite des clavicules, un long bandage serpentait le long de ma peau opaline. Le bout de mes doigts vint effleurer le tissu rugueux qui enserrait mon corps. Oui, la guerre était rude... Et nul n'en revenait entier... Astaroth avait su mettre ma chair en lambeaux, jusqu'au plus profond de mon être. C'est avec un air mélancolique que je laissais mes doigts caresser le tissu sali par les combats et par le temps. Certaines cicatrices jamais ne disparaissaient. Il fallait à jamais les cacher, ou alors se préparer à subir le courroux du passé.

Je laissais lascivement retomber mes bras le long de mon corps, comme si le poids de cette journée me tombait d'un coup sur les épaules. Il me fallait vraiment ce moment de calme. Je secouais faiblement la tête, me remettant les idées en place rapidement. Je portais mes mains à la boucle de la ceinture en cuir qui retenait un pantalon noir simple, hérité d'une invocation terrestre il y a de ça quelques mois. Les tenues les plus épurées étaient les plus agréables à porter et à voir. La boucle défaite, je tirai d'un coup vif sur la lanière de cuir la tirant des passants dans un claquement sonore qui me fit vibrer. Aussi douloureux qu'un coup de fouet, l'image d'une lanière de cuir s'abattant sur une peau meurtrie sur un champ de bataille m'arracha une grimace. Cette guerre était bien trop affreuse. Personne ne méritait les monts de douleur infligés d'un camp à l'autre. D'un mouvement automatique et pensif, je commençais à défaire le bouton qui retenait l'étoffe sur mes hanches fines.

Alors que la petite pièce de métal allait franchir la boutonnière, j'entendis un craquement proche dans mon dos. Je me crispais bien malgré moi, portant mes mains à mon torse dans un geste de défense vain. Restant calmement à ma place, je tentais de percevoir la présence de l'être qui de toute évidence ne pouvait être un lapin.

Je perçus rapidement l'aura d'un Oppsédé. Mon sang se glaça malgré moi. Était-ce Astaroth qui de nouveau allait me faire subir ses nouvelles tortures ? Je tournais la tête sans pour autant bouger le reste de mon corps. Bien que le brouillard épais empêchait ma vision de s'étendre à plus de quelques mètres, je crus percevoir l'éclat brillant du métal au travers de la nappe fumeuse.

Un frisson remonta tout le long de mon dos. Bon sang, pourquoi était-ce aujourd'hui qu'un pantin d'Oppse devait interrompre mon repos ?

_________________
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
    We each begin in innocence
    We all become guilty
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]


Dernière édition par Kamui le Ven 29 Avr - 16:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Au travers du voile de la brume, sauras-tu trouver mon secret ?   Mar 12 Avr - 22:03

M’éloigner de tous ces morpions qui ne comprennent rien à la guerre… La cité d’Oppse en était blindée. Pour mon plus grand plaisir. Je m’amusais avec eux, les faire tourner en bourrique m’amusait un temps. Mais j’avais des fans girls à mes trousses à présent et plus aucun moyen d’être tranquille… Alors choisir les sources chaudes les plus éloignées de la cité était une merveilleuse idée. Bien sûre elle venait de moi. Normal. Comme toujours je dirais même.
Je ris intérieurement de mon narcissisme poussé puis je fus arrêté dans mon hilarité par l’éveil d’une présence plus loin. Une aura forte, mais autour d’un corps faible. Étrange. Je me faufilais parmi les vapeurs d’eau et les pierres chaudes. Je sentis la chaleur faire transpirer mes muscles.
Je me retrouvais derrière un individu, un Laycaiste, à moitié nu. Dos à moi. Je souris sous mon masque. Certes j’étais venu ici pour un peu de tranquillité… Mais m’amuser avec un membre de l’armée des bisounours n’avait pas de prix (pour le reste y’a eurocard mastercard). Je pris un couteau à mon ceinturon, me préparant à le prendre en otage. La lourdeur du lieu me faisais palpiter les veines du cou. J’étais excité à l’idée d’avoir mon ennemi quasi à ma merci.
Je pris mon temps pour venir jusqu’à lui. Je savais très bien qu’il avait perçu ma présence au vu de l’arrêt de ses actions. Je ris.

« Voyons voir… Boucle d’or a perdu son chemin… Ou alors il c’est éloigné de son popa Layca ? »

Je m’approchais plus près du jeune homme jusqu’à me retrouver à la limite de le coller, mon torse contre son dos. Je laissais glisser ma lame contre son épaule. Cela me rappelais étrangement une scène de déjà vu…
Je sentis l’odeur de sa sueur me monter au nez. C’était presque envoutant. Je posais ma main libre sur son épaule. J’eu à ce moment là une sensation étrange. J’enlevais presque instantanément, comme si la peau du jeune blond m’avait brulée. Brulé avec des sensations. Ne pas le toucher… Pour le moment en tous cas. Je baladais toujours mon couteau sur son épaule… Le froid de ma lame devait le faire frissonner… Exquis. Sa peau paraissait Exquise.
Revenir en haut Aller en bas
Kamui
Administrateur innocent ۩ Guide des âmes perdues

Administrateur innocent ۩ Guide des âmes perdues
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Au travers du voile de la brume, sauras-tu trouver mon secret ?   Dim 24 Avr - 16:16

Dans mon dos, j'entendais le bruissement du tissu qui se rapprochait inexorablement. La démarche, bien que se voulant discrète restait pesante. L'intrus de toute évidence n'était pas un poids plume aux vues de sa démarche. Je n'avais aucunement le souvenir d'avoir vu un quelconque être atteint d'obésité chez Oppse, et à moins qu'un être de ce type n'est débarqué que tout récemment chez eux, je n'avais qu'un mince espoir que ce soit le cas. A tous les coups, se rapprochait de moi un colosse musclé et robuste qui n'aurait aucun mal à me mettre à terre sous la force de son poids. Je mordais l'intérieur de ma joue face à la montée de colère qui prenait petit à petit possession de mon corps. Colère non pas contre cet individu, et encore moins contre ce monde auquel je m'étais finalement résigné. Non, colère contre moi-même d'avoir été assez stupide pour me mettre si bêtement dans une situation désavantageuse. Je crispais bien malgré moi mes bras pliés contre mon torse, sentant le contact du tissu de ma chemise se raffermir sur ma peau et sur les bandages qui la recouvre. Qu'allait-il encore m'arriver ? Ce petit bain s'annonçait pourtant salvateur et relaxant. Mais jamais en ces lieux les moments de repos n'étaient possibles.

J'entendis le cliquetis grinçant du métal aiguisé glissant le long de son fourreau. Allais-je donc être poignardé lâchement ? Il aurait peut-être mieux valu que je me retourne et que j'use de mon don ? Mais dans la situation actuelle, il aurait été trop compromettant de faire ainsi. Le tissu de mon pantalon ne tenant qu'à mes hanches aurait vite fait de glisser et de ralentir ma course si je décidais de fuir. La chemise que je tenais contre moi dans un geste de pudeur n'aurait en aucun cas quitté la place à laquelle je la maintenais. Non, je ne laisserai pas un Oppsédé profiter de la vue de mon corps. Jamais. Plus jamais.

Je pris une profonde inspiration, prêt à entendre ma sentence. Comme le condamné qui les yeux bandés sait qu'une fois les treize marches gravies, il ne restait plus qu'une poignée de seconde avant que sa peine ne soit exécutée en place publique. Telle était le sanction de l'échafaud. La buée qui se formait autour des sources avait formé un fin voile sur ma peau dénudée, je sentais les gouttelettes s'enfuir lentement sous le poids de la gravité. Mais je n'eus pas le temps de m'attarder sur cette sensation indescriptible qu'une voix suave et grave s'éleva dans mon dos, faisant vibrer chaque parcelle de ma peau.

« Voyons voir… Boucle d’or a perdu son chemin… Ou alors il s’est éloigné de son popa Layca ? »

Boucle d'or. Il y en avait très peu chez Oppse qui m'attribuaient ce petit nom ridicule. En une fraction de secondes, j'avais établi la liste de ceux qui pouvaient potentiellement m'affubler de ce surnom débile. Mais je n'eus pas à chercher bien loin. Là où mon audition troublée par la chaleur m'avais permis d'émettre encore quelques doutes sur l'identité de mon invité de fortune, lorsque je sentis le métal froid et rugueux, il n'y eu plus réellement de place pour le doute. Le contact glacé du métal me donna la chair de poule, je sentis chaque centimètre de ma peau frémir au contact inattendu de la morsure du froid. Je retenais faiblement mon souffle, l'odeur musquée du mâle s'élevant par volutes autour de moi. Était-il réellement possible pour un homme de dégager autant de phéromones ? Je sentis bien malgré moi ma tête me tourner faiblement, les molosses d'Oppse n'y allaient pas doucement avec leur appétit sexuel.

Mais cracher plus de venin sur le dos des hommes d'Astaroth ne fut pas possible, je sentais la lame du couteau qui avait attiré mon attention quelques instants plus tôt venir caresser tendrement la chair de mon épaule. Alors que son torse épousait les courbes de mon dos, je sentis sa main libre se poser sur mon épaule, rapprochant irrémédiablement nos corps. Je sentais la brûlure charnelle de ce corps masculin qui effleurait ma peau. Un grincement de dents s'échappa de ma mâchoire crispée. Mes doigts enserraient le tissu de ma chemise à m'en blanchir la jointure des doigts. Qu'avais-je donc fait au ciel pour que cet homme se colle autant à moi ? Un frisson irrépressible parcouru chacun de mes membres, et j'étais tout bonnement incapable de contrôler le soubresaut qui habita mon corps durant ce court instant. Mais sa main quitta quasi immédiatement mon épaule, comme s'il s'y était brûlé. Cette sensation désagréable qui enflammait mon corps à son contact était-elle donc réelle ? Arrivait-il à ressentir le sentiment que j'éprouvais à l'égard des Hommes d'Astaroth, qui s'échappait par tous les pores de ma peau ? Alors que sa lame caressait sensuellement mon épaule, je sentis un vent de haine s'élever au plus profond de mon être. D'une voix rendue immanquablement rauque par la colère, je prononçais d'une voix basse.

- N'aies pas l'audace de toucher ma peau plus que de raison. Tu sais mieux que personne que mon don peut te faire regretter tout mouvement déplacé que tu pourrais avoir à mon égard. Baisse immédiatement cette lame, éloigne-toi de moi. Boucle d'or en ces lieux n'est pas la sainte enfant que tu as connu dans tes contes de fée humains. Tu as connu les horreurs de la guerre, Leeroy. Que ce soit sur Terre ou en ce monde. Ne m'oblige pas à t'imposer de nouveau les pires peurs qui hantent ton âme.

Toujours de dos, je sentais que malgré moi, la peur petit à petit commençait à me ronger de l'intérieur.

Personne ne devait me toucher. Personne.

_________________
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
    We each begin in innocence
    We all become guilty
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Au travers du voile de la brume, sauras-tu trouver mon secret ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au travers du voile de la brume, sauras-tu trouver mon secret ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» La Voile de Brume
» avec le retour de la chaleur, comment traiter le voile atmosphérique.
» Les Jeux Bidulotroniques du Voile d'Hiver!
» oreille gauche de travers
» Mise en place d'une corne de brume
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alea Jacta Est :: ✗ Épilogue :: ✎ RPs en cours-
Sauter vers: